Accueil > Actualités > Détail
RSS Imprimer Version PDF Envoyer à un collègue Cet article sur votre site ou blog

La Charte pour la promotion de l’authentification sur Internet veut renforcer la confiance des internautes.

24/07/2009Lu par 5156 visiteur(s)0 vote(s)

Thème(s) : Droit informatique généralDroit informatique généralTélécoms et communications électroniquesTélécoms et communications électroniques
Tag(s) : accès (code), consommateur, criminalité (informatique), internet, sécurité

Ajuster la taille du texte

Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’Etat chargée de la Prospective et du Développement de l’économie numérique, vient de lancer le 18 juin 2009 la deuxième version de la Charte pour la promotion de l’authentification sur Internet.

La Charte pour la promotion de l’authentification sur Internet s’inscrit dans le cadre d’une action spécifique dans le plan gouvernemental de développement de l’économie numérique « France Numérique 2012 ». Ce plan a pour ambition de replacer la France parmi les grandes nations numériques à horizon 2012. Il propose pour cela plus de 150 actions, articulées autour de quatre priorités fortes: permettre à tous les Français d'accéder aux réseaux et aux services numériques, développer la production et l'offre de contenus numériques, accroître et diversifier les usages et les services numériques dans les entreprises, les administrations, et chez les particuliers, et enfin moderniser la gouvernance de l'économie numérique.

Le développement et la bonne compréhension de l’usage de l’authentification sur Internet par le grand public constituent l’un des éléments concourant à l’amélioration de la confiance dans l’environnement numérique. Cette confiance numérique est un élément essentiel à la diversification et au développement des usages et des services numériques. L’explosion de l’usage d’Internet s’accompagne incontestablement d’un accroissement de la cyber criminalité et notamment du vol d’identité des internautes. Selon un rapport rendu en 2008 par l’association Clusif, 65% des internautes jugent important ou très important le risque de vol d’identité, et 54% estiment qu’une authentification trop faible augmente ces risques. Par ailleurs, dans un récent sondage IPSOS, 9% des internautes de 15 à 17 ans déclarent avoir été victimes d’usurpation d’identité sur leur blog ou leur adresse mail.

Si l’identification consiste à apporter la preuve d’une identité, l’authentification est quant à elle réservée aux opérations au cours desquelles l’usager communique des données personnelles, qui, si elles étaient réutilisées frauduleusement, permettraient de valider des opérations sous une identité usurpée.

En février 2008, une première version de la Charte pour la promotion de l’authentification sur Internet avait déjà recueilli huit signatures. Le 18 juin dernier, Nathalie Kosciusko-Morizet a réuni quatorze nouveaux acteurs afin de signer un accord sur les bonnes pratiques en matière d’authentification. Sont désormais concernés des professionnels du monde bancaire (Association française des Sociétés Financières), des éditeurs de solutions de sécurisation (Certeurope, Gemalto), des spécialistes du paiement en ligne (PayPal), des sites marchands (eBay France, Easy Voyage), des opérateurs (Fédération Française des Télécommunications, Free), et des éditeurs et prestataires de services (Microsoft, Bull) ou de portails Web (Yahoo France).

La Charte pour la promotion de l’authentification sur Internet a ainsi une dynamique pédagogique. Elle engage ses signataires à informer sur les bonnes pratiques en matière d’authentification et de protection des données personnelles.

La Charte vise tout d’abord à promouvoir de meilleures pratiques d’authentification, et se fixe pour objectif de définir et mettre en place une campagne de communication. Il convient de familiariser les internautes avec la notion d’authentification et ses différentes techniques utilisées par les opérateurs, et d’améliorer leur connaissance en ce qui concerne les pratiques de leurs interlocuteurs habituels. Il convient également d’inciter ces internautes à acquérir de bons réflexes, notamment pour la sécurisation de leur ordinateur.

Par ailleurs, si les autorités publiques s’engagent à sensibiliser aux bonnes pratiques d’authentification et de sécurisation du poste de travail, les quatorze professionnels du secteur signataires de la Charte s’engagent quant à eux à renforcer l’authentification de manière appropriée, en fonction des risques, des enjeux, et des coûts associés.

En fait, l’authentification sur Internet permet de prouver une identité et en retour de vérifier que l’interlocuteur est bien celui qu’il prétend être. C’est notamment un moyen de lutter contre les risques de détournement de données personnelles, de données bancaires et autres, qui pourraient permettant à des escrocs d’effectuer des paiements frauduleux ou d’utiliser l’identité usurpée pour des actions à caractère illicite.

Pour une illustration de ce principe de proportionnalité entre les risques/enjeux encourus et les exigences d’authentification référons nous aux futures dispositions applicables en matière de paiement sur internet où la question de l’authentification se pose différemment selon les montants en jeu. Ainsi dans le cadre de la transposition en France de la directive Services de Paiement, des dispositions particulières dérogatoires sont prévues pour les instruments de faible montant (par exemple les instruments de paiement plafonnés à 150 euros) pour lesquels l’existence d’un dispositif de sécurité personnalisé destiné à authentifier l’utilisateur du service de paiement n’est pas indispensable dans la mesure où le risque y afférant reste mesuré.

Parallèlement à la Charte, Nathalie Kosciusko-Morizet a également dévoilé une toute nouvelle version du site ddm.gouv.fr/surfezintelligent. Ce site Internet est un outil conçu par la Direction du Développement des Média pour permettre à tous d'acquérir de façon pédagogique et ludique les bons réflexes en matière de sécurité de leurs données sur Internet. Il propose des repères et des bonnes pratiques indispensables pour surfer en toute sérénité



Evaluez cet article : 
           
Ecrivez un commentaire | Commentaires (0)    



Auteur(s) :

Cathie-Rosalie Joly
Avocat aux barreaux de Paris & Bruxelles (liste E) (Associée du Cabinet Ulys)

Biographie | Lui écrire | Ses 12 contributions

François Vinzia
Trainee Lawyer (ULYS)

Biographie | Lui écrire | Ses 1 contributions

RSS Imprimer Version PDF Envoyer à un collègue Cet article sur votre site ou blog
Livre(s) connexe(s)

La télévision européenne face à la TV 2.0 ?
Eléonore Scaramozzino
Larcier (7/2012)


Le téléchargement d'oeuvres du Internet
Sous la direction de Carine Doutrelepont, François Dubuisson et Alain Strowel
Larcier (6/2012)


Revue du Droit des Technologies de l'Information (R.D.T.I.)
Collectif
Larcier (1/2012)


Lire aussi sur ce thème
Publicité

Abonnez-vous gratuitement à notre lettre d'informations.


Sponsors

Votre publicité ici ?